Matthew, La Réunion, 2014-2015 et La Guyane, 2015-2016

October 7, 2015 | By TEACHING ASSISTANT PROGRAM

« Comment il-est? Il est là! » Pour les français de métropole, ça veut rien dire, mais pour les habitants de la Réunion (département d’outre-mer), c’est une autre manière pour dire « ça va ? » en créole. Illustré par la langue, la gastronomie et la façon de vivre, la culture réunionnaise se manifeste comme un mariage entre deux opposés qui s’attirent. Une petite île qui se situe géographiquement à côté de l’Afrique, mais qui appartient toujours à la France, ce joli refuge de paradis tropical offre une belle combinaison de ces deux cultures complémentaires.

Avant d’arriver, j’attendais une île bien isolée et sauvage, couverte des palmiers, animaux exotiques, et des paillotes avec des hamacs pour dormir. Avec le recul, je me permets de rire un peu en réfléchissant à mes idées préconçues, parce que en fin de compte, j’ai découvert une île quasi-métropolitaine avec des maisons modernes, un bon réseau de transport et très peu d’animaux, sauf des oiseux, quelques hérissons, des cafards et des babouks (toutefois, il y a une communauté des espèces aquatiques tellement fascinante et abondante… mais fais gaffe aux requins !). Finalement, au sujet des hamacs, c’est une zone de flou. Oui, ils existent, mais plutôt pour loisir que pour passer la nuit (désolé si j’ai brisé la rêve d’un séjour sur une île tropicale).

Pour mes cours, j’avais de la chance de travailler avec le département d’anglais au Lycée Bellepierre, dans les hauts de la grande ville Saint-Denis. Je me sentais toujours à l’aise avec mes collègues qui m’a accueilli cordialement et qui m’a soutenu dès le début. De plus, je garderai les bons souvenirs de mes élèves – parfois rebelles, parfois humoristes, mais toujours sincères et aimables.

Hors de la salle de classe, j’ai passé le temps à Saint-Gilles où j’habitais dans une colocation qui se composait de français, de créoles, d’espagnoles, une britannique, une irlandaise et deux américains (moi y compris). La plupart des week-ends je faisais des excursions avec mes colocs et les autres assistants de langue pour explorer l’île. Les randonnées, le parapente, le yoga à la plage le canyoning et la plongée avec scuba – c’était toujours une aventure!

Avant de terminer, il faut parler aussi de la gastronomie réunionnaise. En plus des biens de première nécessité pour les françaises (fromage, pain, vin, Nutella), la Réunion offre plein, plein, plein d’autres plats pour faire séduire la bouche. Il y en a bien trop pour tout noter ici, mais quelques-uns de mes plats préférés sont carry poulet, rougaille saucisses et canard à la vanille. Ils se mangent bien sûr avec un rhum arrangé, un ti punch ou la bière célébrée, la Dodo!

Voilà, un bref sommaire de mon séjour extraordinaire à la Réunion. Dans les jours qui arrivent je vais commencer ma deuxième tour du programme TAPIF, cette fois à la Guyane, encore une autre DOM français en Amérique du Sud. Alors, au présent, je vous écris de Miami en attendant mon vol en correspondance. Il faut que je vous laisse, mais bon courage et meilleurs vœux à tous!